Il était une fois……

 

C’est ainsi que souvent commencent les histoires !

 

Donc un grand père qui au début du siècle, enfin de l’autre siècle, découvrait la photographie et s’y adonnait avec inventivité. Une « chambre noire »  fut construite avec tout ce qu’il faut pour développer les plaques car il s’agissait soit de chambres 13x18 soit d’appareils stéréoscopiques, comme le fameux « Galus » avec ses plaques en verre au collodion ! Fragile et pas très rapide mais avec déjà un bon piqué !

 

Son fils, donc mon père, avait pour sa part adopté le « moyen format » et armé de la merveille française, le « Foca Sport» à objectif rentrant, il réalisait de beaux clichés développés au « labo » puis ensuite remplacés par les diapositives couleurs… Ah le Kodachrome 50 ASA….quelles couleurs !

Ensemble nous rêvions devant le « Leica» à objectifs interchangeables car oui bien sur les virus ça se transmet !!

 

Le fils de mon père, donc moi, a eu mon premier appareil à 10 ans, gagné dans un concours du chocolat Kholer!

Un « Box Eclair », made in France s’il vous plait, soit une boite cartonnée 6x6 avec deux vitesses « pose et instantané » et bien sur, pas de mise au point ! Mais bon à l’époque peu de jeunes possédaient un appareil photo, c’était déjà bien…..

Ensuite ce fut un « Flex » toujours 6x6 avec trois vitesses 25eme, 50eme et pose !  C’est de cette époque que datent mes premiers clichés de nature….le cygne en vol ou la chouette effraie saisie au flash à ampoules magnésium !

Puis après le Voigtländer à cellule frontale genre catadioptre c’est un gros bon en avant le « Spotmatic » avec son 200mm et un 500mm ouvrant à f8 à présélection de diaphragme !

Et toujours le labo, le développement en cuve spirale, les bains, l’odeur de l’hyposulfite, la lumière inactinique, les pinces, l’eau qui rince longuement les clichés…

 

Les années passent, passent, et arrive la mort de l’argentique !

 

Alors maintenant tout le monde est photographe, non pardon, tout le monde fait des photos !

 

Enfin vient le temps du loisir et de l’équipement performant… dans ma panoplie, il y a toujours un 500mm mais à f4, stabilisé, japonais et l’ordinateur a remplacé le labo…. 

 

Le virus est toujours là et maintenant c’est mon grand qui prend le relai avec enthousiasme et talent !!

 

  

 

                                                                   Il était une fois……

 

C’est ainsi que souvent commencent les histoires !

 

Donc un grand père qui au début du siècle, enfin de l’autre siècle, découvrait la photographie et s’y adonnait avec inventivité. Une « chambre noire »  fut construite avec tout ce qu’il faut pour développer les plaques car il s’agissait soit de chambres 13x18 soit d’appareils stéréoscopiques, comme le fameux « Galus » avec ses plaques en verre au collodion ! Fragile et pas très rapide mais avec déjà un bon piqué !

 

Son fils, donc mon père, avait pour sa part adopté le « moyen format » et armé de la merveille française, le « Foca» à objectif rentrant, il réalisait de beaux clichés développés au « labo » puis ensuite remplacés par les diapositives couleurs… Ah le Kodachrome 50 ASA….quelles couleurs !

Ensemble nous rêvions devant le « Leica» à objectifs interchangeables car oui bien sur les virus ça se transmet !!

 

Le fils de mon père, donc moi, a eu son premier appareil à 10 ans, gagné dans un concours du chocolat Kholer!

Un « Box Eclair », made in France s’il vous plait, soit une boite cartonnée 6x6 avec deux vitesses « pose et instantané » et bien sur, pas de mise au point ! Mais bon à l’époque peu de jeunes possédaient un appareil photo, c’était déjà bien…..

Ensuite ce fut un « Flex » toujours 6x6 avec trois vitesses 25eme, 50eme et pose !  C’est de cette époque que datent mes premiers clichés de nature….le cygne en vol ou la chouette effraie saisie au flash à ampoules magnésium !

Puis après le Voigtländer à cellule frontale genre catadioptre c’est un gros bon en avant le « Spotmatic » avec son 200mm et un 500mm ouvrant à f8 à présélection manuelle du diaphragme !

Et toujours le labo, le développement en cuve spirale, les bains, l’odeur de l’hyposulfite, la lumière inactinique, les pinces, l’eau qui rince longuement les clichés…

 

Les années passent, passent, et arrive la mort de l’argentique !

 

Alors maintenant tout le monde est photographe, non pardon, tout le monde fait des photos !

 

Enfin vient le temps du loisir et de l’équipement performant… dans ma panoplie, il y a toujours un 500mm mais à f4, stabilisé, japonais et l’ordinateur a remplacé le labo…. 

 

Le virus est toujours là et maintenant c’est mon grand qui prend le relai avec enthousiasme et talent !!