Ethiopie !

 

                                                                                       A la recherche des oiseaux endémiques.

Nous avons fait un magnifique parcours très riche en paysages nature et oiseaux, les endémiques bien sur mais aussi les paléarctiques migrants sans oublier les mammifères et autres reptiles !
On a “bouffé” de la piste avec tout ce qu’il faut de secousses et d’imprévus, sans croiser personne ou presque avec Samuel notre excellent et sympathique chauffeur éthiopien au volant d'un 4x4 qui n'a rien à voir avec les engins rutilants des snobs des villes, mais un vrai tout terrain d'expédition avec réserves d'eau, de gasoil, plusieurs roues de rechange, cuisine de camping, tentes etc. !!!
Embourbement, crevaisons, presque 2500 km sur des pistes incroyables, humides autant que poussiéreuses ou rocailleuses qui traversent des villages d’une extrême pauvreté, la vie est dure pour les gens de la brousse, mais nous n’avons jamais eu de sentiments d’insécurité!
Pas mal de bivouacs dans des endroits exceptionnels comme le plateau du Saneti à 4000m avec le loup d'Abyssinie, les ouettes à ailes bleues, les ibis caronculés ou dans d’autres endroits tous aussi extraordinaires les uns que les autres, dans la brousse au milieu de nulle part avec le cri des hyènes le soir….
Levés tous les jours à 5h30 nous avons eu des levers et couchers de soleils sublimes dignes de matins du monde! (il faut dire que c'était en partie dans la vallée du Rift le berceau de l’humanité)
Paysages d'étendues sauvages bordées de montagnes violettes aux savanes jaunes piquetées d'acacias et d'épineux ou l'on croise parfois des caravanes de 100 dromadaires, populations pauvres ou richement parées toujours curieuses de voir des "faranji" les étrangers et blancs en plus!!
Quelle plongée dans un monde tellement saisissant, c’est l’Afrique certes mais une Afrique différente tant par l’aspect des gens que par les comportements et les mentalités!
Le froid (-5°) dans les montagnes du Balé ou la chaleur (+35°) de la vallée du Rift mais avec une météo dans l’ensemble agréable. Pas d'hôtellerie de luxe genre club de vacances, plutôt des hébergements spartiates sans eau chaude (quand il y a une douche!) parfois, puces et moustiques compris (!) ou avec une électricité intermittente!
Réveil aux cris du muezzin, des coqs et du barrissement des ânes lorsque nous étions en ville, une fois sur deux, voire trois, autrement en nature totale !
Accompagnés dans les parcs de gardes armés, les braconniers n'hésitant pas à tirer et les tribus se faisant assez souvent la guerre, il faut avoir de quoi se protéger bien que ce soit parfaitement illusoire, les A47 hors d’âge étaient cependant bien garnies en balles! En plus tiques et mouches tsétsé garantis!!!!
Rarement des petits déjeuners, départs de nuit exigent, la nourriture a été plus que succincte cuisinée sur place lors des bivouacs. Souvent des pâtes aux légumes et parfois, dans des gargotes locales, alternance viande grillée sur de petits braseros individuels, ou poissons des lacs.
Bref tout en contraste comme ce magnifique pays qui mérite d’autres visites!
Et bien sur un fabuleux café éthiopien fort et sucré dégusté sur place dans des tasses à l'hygiène absente mais toujours offert avec générosité!
C'est l'Afrique mais une Afrique différente…..

Notre itinéraire a été, dans les grandes lignes, le suivant :

Addis – Ziway. Lac Ziway. Crocodiles, hypos, oiseaux aquatiques.
Ziway – Wendo Genet. Les premiers endémiques: touraco à joues blanches, martin a demi-collier….
Wendo Genet-Dinsho. Premier col à 3500m entrée en montagne et fin du goudron !!
Dinsho  à la recherche des Nyalas dans une étrange forêt humide
Sanetti : trek sur le plateau de Sanetti à la recherche du Loup d'Abyssinie, du Lièvre Géant et d'autres animaux endémiques. Ce plateau est également riche en rapaces comme la splendide buse augure perchée sur les lobélies géantes. Magnifique bivouac en isolement total. Nous sommes au Tulu Dimtu 4377m le deuxième sommet d’Ethiopie.
Descente sur la forêt d’Harenna.
Anguetu, Bitata, Negele ; Le domaine des très rares touracos Prince Ruspolli et alouette de Liben (trouvés et photographiés avec succès !)
Melka Guba, Wachile, Kamo.
Soda, Yabello seul endroit où l’on trouve le corbin de Stressman un rare endémique. (là aussi trouvé et photographié avec succès !)
Yabello on se dirige vers Konso et la vallée du Rift. Route magnifique et sauvage!!
Arba Minch et découverte du parc de Nechisar. Un de nos plus beau bivouac, zèbres antilopes, couchers et levers de soleil sur les lacs Chamos et Abyata du grand spectacle !!!
Sodo on retrouve le goudron (alternant avec la piste) puis Awasa. Superbe hôtel et corollaire quelques touristes ! Lac Awasa avec martins et jacanas.
Sources chaudes du lac Abaya, colonies de flamands, gazelles de Thomson, autruches….
Sanctuaire de Sankele. Nous y observerons la bubale de Swaine dans des paysages qui auraient pu servir de modèles aux peintres de Lascaux !!!! Là aussi un sublime bivouac.
On remonte vers Addis pour se diriger plein est vers Djibouti. La route de la mort avec des centaines de camions et de terrifiants accidents!
Nazareth on retrouve le luxe d’un superbe hôtel puis visite d’un tout nouveau sanctuaire, Dola, pour observer le grand Koudou une superbe antilope, mais aussi des aigles impériaux et royaux. Nous aurions aimé bivouaquer là mais le timing ne s’y prêtait pas. Une autre fois….
Parc de l’Awash pour les oryx et les outardes….
Retour sur Addis via, si, si une autoroute !!!!! Avion, c’est fini mais on aura les images dans la tête pendant de semaines !!